Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Editos
Les deux faces de Noël
dimanche 23 décembre 2007

Ces journées festives, ou supposées telles, peuvent être l’occasion d’une véritable mise à l’épreuve de la Bonne Nouvelle.

Chaque année, Noël nous revient sous deux faces, indissolublement liées.

Elles disent, à elles seules, un paradoxe profond de la vie chrétienne.

Surconsommation, grandes bouffes, fêtes familiales parfois convenues…

Beaucoup courbent l’échine devant cette débauche d’artifices, qui réduit le bonheur de vivre à l’indice de consommation des ménages et la joie d’aimer à un conformiste sans fondements.

Et pourtant…Ces journées festives ou supposées telles, peuvent être l’occasion d’une véritable mise à l’épreuve de la Bonne Nouvelle.

Et si nous tentions, ces jours là, d’aimer et de vivre en vérité ?

Il ne s’agit pas de se montrer faussement patelin vis-à-vis de notre voisin de table au réveillon, mais plutôt d’être attentifs à tel battement de cœur, à tel regard voilé, à tel mot à peine prononcé…Autour de nous, ces signes de vie sont nombreux, parfois impalpables, mais si importants.

Aider celui ou celle à qui nous sommes liés par les hasards et les nécessités de la vie familiale à pouvoir dire ce qu’il anime, le tend, le fait vibrer. Il y a là de nombreuses pistes de bonheur vrai, trop souvent barrées, par pudeur ou par convention.

Et si nous tentions, ces jours là, de donner avec justesse ? Comment donner à qui semble déjà tout posséder ? Un objet de plus ou de moins ne fera pas le bonheur.

Mais un objet qui répondra à un désir pressenti, un paquet cadeau de trois fois rien, significatif d’une connivence, un petit signal adressé à cette personne-là et pas à une autre.

Cette trace d’humanité se poursuivra longtemps….

Et si nous tentions, ces jours là, de nommer ce qui nous fait vivre ? L’écho de cette nuit vécue par une famille SDF de Palestine, n’en finit pas de résonner à la face du monde.

Jamais Dieu ne s’est risqué à devenir homme, sauf cette nuit là, au cœur d’un pays (déjà) guetter par les soubresauts de l’actualité. Cette naissance étonne encore. Est-il dénuement plus radical, incertitude plus fragile ?

Et pourtant, au bout d’un chemin, une promesse de résurrection.

Pourquoi ne peut le dire à ceux qui nous sont chers ?

Frédéric MOUNIER rédacteur en chef de Croire aujourd’hui.


Répondre à cet article