Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Contact
Fête de la Sainte Famille : 30 décembre 2018
mardi 8 janvier 2019
par Père Florentin Palangi Mopela

En cette fête de la sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, la liturgie nous propose trois lectures qui nous parlent de la famille. Mes frères, mes sœurs bien aimées, aujourd’hui, nous célébrons un grand mystère : Dieu n’est pas solitaire, Dieu est communion, Dieu est pour la famille, Dieu a voulu la famille et Il est venu pour sauver la famille. Comme nous le savons, aujourd’hui, c’est dure les crises qui traversent les familles, nous félicitons ceux qui maintiennent encore la famille, ceux qui font grandir les familles aujourd’hui, dans un contexte qui n’est pas très élégant. La famille est très attaquée aujourd’hui sous toutes ses formes. Dans notre prière de collecte nous avons demandé au Seigneur, accorde-nous la grâce de pratiquer les vertus théologales. Aujourd’hui, nous allons demander la grâce des vertus théologales : Avant de demander ces vertus, interrogeons-nous, un peu sur les crises familiales aujourd’hui ? La première lecture nous décrit déjà une première crise, la stérilité, souvent les époux se rejettent la responsabilité. Cela peut aller jusqu’au divorce, la statistique actuelle deux couples sur trois sont divorcés. Il y a aussi le sentiment contraire, des époux qui ne veulent pas d’enfant et procèdent à l’avortement volontaire. Des crises de séparation des parents, des divisions entre les enfants autour d’un héritage. L’absence du sens de pardon et de réconciliation dans les familles. Chacun s’entend que c’est l’autre qui doit faire le premier pas. L’incapacité des parents à donner une éducation disciplinée à leurs enfants. Les vertus Théologales que nous voulons absolument demander pour aujourd’hui sont
-  Accueillir dans la foi ou recevoir l’autre comme un don de Dieu, un mari est un don de Dieu pour sa femme, une femme est un don de Dieu pour son mari. Un enfant est un don Dieu pour les parents. On ne choisit pas ses parents, un enfant ne choisit pas ses frères et sœurs. Cela suppose que l’on accepte de s’effacer devant l’autre, quand un nouveau-né arrive c’est difficile à l’aîné de s’effacer pour le cadet.
-  La famille c’est un don qui nous lie à l’éternité, elle doit être vécue dans l’espérance de nos alleux jusqu’aux générations que nous ne verrons plus. Avons-nous cette conscience que nous sommes des familles d’éternité.
-  La famille, c’est une affaire d’amour, de communion dans l’amour, un amour circulatoire d’où il faut bannir les divisons, les exclusions des uns par les autres. C’est en pensant à toutes nos limites et à toutes nos faiblesses que nous nous tournons aujourd’hui vers le Christ. Pour construire une vie qui résiste aux épreuves de la vie, nous avons besoin de nous appuyer sur du solide. Si nous le voulons bien, le Christ sera ce fondement sur lequel nous pourrons nous appuyer pour résister aux tempêtes de la vie. Il veut toujours être notre chemin, notre vérité et notre vie. Son grand projet c’est de nous conduire chez son Père et notre Père. Alors oui, tournons-nous vers lui et demandons-lui qu’il nous aide à travers les difficultés, les doutes et les épreuves de cette vie à grandir dans la foi. Seigneur Jésus, tu es venu nous révéler le visage de ton Père. Comme Marie, donne-nous de garder ces événements dans notre cœur. Que ta Parole nous habite et fasse vivre chacune de nos familles. Conduis-nous sur le chemin que tu es venu nous montrer et garde-nous fidèles à ton amour.


Répondre à cet article