Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Editos
« Familles du monde, familles de Dieu »
dimanche 19 octobre 2014
par Père Michel Henrie

Durant une quinzaine de jours de ce mois d’octobre, un synode des évêques du monde entier se tient à Rome pour réfléchir sur les fondements chrétiens de la famille et les défis actuels qu’elle rencontre.

Le premier point, semble-t-il, de la réflexion consiste à considérer le projet créateur de Dieu : l’amour de l’homme et de la femme, visiblement inscrit dans l’œuvre créatrice, n’est pas pour les croyants un fait aléatoire ou le résultat d’une volonté assujettie aux simples émois amoureux. Il est la réponse donnée librement et généreusement à l’appel profond qui identifie la condition humaine sous le regard de Dieu : aimer l’autre en tant qu’autre, se donner à lui pleinement, à l’image du Dieu d’amour qui nous a créés. Et par la donation réciproque des époux, le don de la vie aux enfants exprime, à son tour, le débordement de l’amour conjugal auprès de chaque membre de la famille. C’est alors qu’il faut se demander en quoi l’union des époux mariés sacramentellement est sacrée et indissoluble. Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! cette parole de Jésus (Matthieu 19,6 ; Marc 10,9), référée à la volonté créatrice de Dieu, n’est pas un couperet autoritaire, mais la marque de sa sollicitude envers le couple, dont la richesse d’amour est un trésor à préserver. Pour atteindre ce but, la foi catholique proclame que l’amour fidèle du Christ Jésus garantit le lien conjugal, qui devient à son tour témoignage privilégié de l’alliance indéfectible du Seigneur envers les hommes. Dès lors, mariage et eucharistie sont fondamentalement associés.

En notre temps et notre culture, cette jonction des deux sacrements est apparue à beaucoup comme secondaire, du fait d’une banalisation de l’acte de communier. Or,la communion eucharistique n’est ni un dû, ni un droit, mais une grâce qui nous engage à conformer nos vies à l’amour que nous recevons. Souvenons-nous de la parole de l’apôtre Paul : « Vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu » (Ephésiens 2,19).


Répondre à cet article

De la même rubrique :

Sur le même thËme :

Du même auteur :