Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Editos
La sagesse du mystère de Dieu
samedi 8 février 2014
par Père Michel Henrie

Le mot « mystère » employé par l’Apôtre Paul (1 Corinthiens 2,7) que nous entendrons au cours de ce mois (16 février) nous fait penser, dans le langage courant, à une réalité difficile à cerner, voire impossible à connaître.

Dès lors, le « mystère », c’est l’énigme insondable, même si les hommes en recherche ne négligent aucune piste plausible, comme à l’occasion d’une enquête policière.

Or, en milieu biblique, surtout dans le Nouveau testament, il n’en est pas ainsi. Le « mystère », c’est la réalité divine qui, certes, nous dépasse, mais qui se révèle, se donne à connaître. Paul précise : « c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse » (2,10). Et pour le « disciple-missionnaire » (expression du pape François dans son Exhortation apostolique « La joie de l’Évangile »), ce mystère plein de sagesse réside dans la croix du Christ : « Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus-Christ, ce Messie crucifié » (1 Co 2,2). Autrement dit, Dieu se fait connaître dans son amour livré jusqu’à l’extrême. Le Saint Père le déclare ouvertement : « On ne peut persévérer dans une évangélisation fervente, si on n’est pas convaincu, en vertu de sa propre expérience, qu’avoir connu Jésus n’est pas la même chose que de ne pas le connaître, que marcher avec lui n’est pas la même chose que marcher à tâtons, que pouvoir l’écouter ou ignorer sa Parole n’est pas la même chose... Essayer de construire le monde avec son Évangile n’est pas la même chose que de le faire seulement par sa propre raison » (J.E., § 266).

Le moment favorable qu’est le rapprochement de la démarche diocésaine « Mission en actes » avec l’enseignement du Pape est à saisir. Je vous invite chaleureusement à trouver le moyen de vous retrouver par petites équipes de proximité pour accueillir la sagesse du mystère de Dieu, cadeau de Jésus-Seigneur à tous les hommes de bonne volonté. Il est en sa personne « l’Évangile vivant ».


Répondre à cet article