Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Editos
Pour faire un homme, mon Dieu, que c’est long !
dimanche 13 janvier 2013
par P. Michel HENRIE

A quoi sert, peuvent se demander les observateurs distants de notre foi, que le Messie soit venu sur terre, si la vie des hommes est toujours aussi limitée, dans tous les sens du mot ?

Limitée dans sa durée, naturellement, bien que nous ayons globalement gagné quelques années et même décennies au fil des siècles. Limitée dans sa compréhension de l’univers, dans la cohabitation des populationsvdiverses qui habitent la terre, dans la réalisation de projets qui puissent apporter le bonheur…

Hugues Aufray avait bien raison de chanter le refrain placé en tête de l’éditorial : la croissance d’un humain, elle aussi dans tous les sens du mot, nécessite du temps. Ce temps que nous, chrétiens, considérons comme tellement précieux que Dieu lui-même, son Créateur, est venu l’habiter en son Fils éternel assumant réellement notre humanité. Et pour faire une famille ? Actuellement, notre pays est traversé par de graves questions de société. Nombre de repères la constituant ont peu à peu perdu leur crédibilité, en particulier pour ce qui concerne la famille. Voici ce qu’en disait le Concile Vatican II : « Le Créateur a fait de la communauté conjugale l’origine et le fondement de la société humaine. Par sa grâce, il en a fait aussi un mystère d’une grande portée dans le Christ et dans l’Eglise. Aussi l’apostolat des époux et des familles a-t-il une singulière importance pour l’Eglise comme pour la société civile. Les époux chrétiens sont l’un pour l’autre, pour leurs enfants et les autres membres de leur famille, les coopérateurs de la grâce et les témoins de la foi. Ils sont les premiers à transmettre la foi à leurs enfants et à en être auprès d’eux les éducateurs… Ce fut toujours le devoir des époux, mais c’est aujourd’hui l’aspect le plus important de leur apostolat, de manifester et de prouver par toute leur vie l’indissolubilité et la sainteté du lien matrimonial ; d’affirmer avec vigueur le droit et le devoir assignés aux parents et aux tuteurs d’élever chrétiennement leurs enfants ; de défendre la dignité et l’autonomie légitime de la famille. Ils doivent donc collaborer, eux et tous les fidèles, avec les hommes de bonne volonté, pour que ces droits soient parfaitement sauvegardés dans la législation civile… » (Décret sur l’Apostolat des laïcs, § 11, 1965)

Dans le numéro de janvier 2013 de Chemins d’espérance (mensuel du diocèse de Meaux), Mgr Jean-Yves Nahmias s’exprime à propos du projet de loi qui doit être étudié par les parlementaires prochainement : « L’Eglise a exprimé clairement les dangers pour notre société du projet de loi ouvrant l’institution du mariage aux personnes de même sexe. Les catholiques de Seine-et-Marne sont invités à prendre une part active au débat souhaité. Au sein de nos communautés existent des différences d’appréciation, et il est bon que chacun puisse apporter sa contribution à la réflexion commune. La manifestation du 13 janvier n’est pas organisée par l’Eglise catholique, mais beaucoup envisagent d’y participer ».


Répondre à cet article

De la même rubrique :

Sur le même thËme :

Du même auteur :