Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  ACTIVITES DE NOTRE FOI >  Secours Catholique - Réseau mondial Caritas
Le Secours Catholique, association de Bénévoles
dimanche 20 mars 2011

Dans l’encyclique Caritas In Veritas, le pape Benoit XVI a rappelé l’importance du don et de la gratuité .Très souvent aujourd’hui, les succès, les engagements sont évalués à l’aune de la réussite matérielle. N’est-il pas possible de revaloriser ces actes essentiels que sont le don de son temps, le partage de son savoir ?

Le bénévolat tel qu’il se pratique au sein du Secours Catholique et dans beaucoup d’autres associations, répond à cet objectif. Il n’est pas de donner du surplus. Le bénévolat, c’est une part de soi même qui est apportée à d’autres afin de partager avec eux et d’attendre d’eux en retour qu’ils vous apportent une partie de leur savoir. Car tout être humain peut avoir quelque chose à dire et à faire dans notre société. Le propre du bénévolat est d’être au service des plus défavorisés pour leur permettre eux-mêmes de se réaliser, de découvrir en eux ce qu’ils peuvent apporter aux autres. La gratuité de ce geste n’est donc pas dans son éventuelle absence de valorisation monétaire, mais dans sa capacité à ne rien attendre d’autre en retour que le fait de savoir que nous avons accompli ce à quoi nous appelle notre foi chrétienne : servir notre frère.

La rencontre que le bénévole fait avec une personne accueillie, ou avec un salarié, le temps qu’il donne, est la marque de son attachement à la construction d’une société plus juste et plus fraternelle dans laquelle le rapport humain prime sur le rapport monétaire .

Cette Année européenne du bénévolat en 2011 est l’occasion pour tous les militants, et en particulier les militants chrétiens, de redonner toute sa valeur au don et à la gratuité que notre société oublie trop souvent.

Le bénévolat au Secours Catholique peut prendre diverses formes : visites à domicile, temps passé dans les accueils de jour, les lieux d’écoute et de parole, dans les centres communaux d’action sociale. C’est aussi le temps pour accueillir l’immigré, l’aider dans l’acquisition de ses droits. Dans tous ces cas, le bénévole n’attend rien d’autre que de savoir qu’il a aidé une personne, une institution, voire un pays, à construire ou à reconstruire un avenir.

François Soulage Président national du Secours Catholique (Editorial du journal message mars 2011, « Servir son Frère »)


Répondre à cet article