Paroisse de
    Claye Souilly

 
Accueil du site >  Homélies
" Le Christ est resssuscité, vraiment ressucité " ( 1cor15 )
samedi 22 mars 2008
par Père Boutros Khalil

Joyeuses Pâques... Père Boutros KHALIL

Le Christ est ressuscité, vraiment ressuscité

Chers frères et sœurs

Au cours de cette nuit très sainte, nous célébrons la Veillée pascale, la première veillée, plus encore la "mère" de toutes les veillées de l’année liturgique. Comme l’évoque à plusieurs reprises le chant de l’Exsultet, la veillée pascale nous fait parcourir à nouveau le cheminement de l’humanité, depuis la création jusqu’à l’événement culminant du salut, qui est la mort et la résurrection du Christ.

La lumière de Celui qui est "ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité" (1 Co 15,20), rend "lumineuse comme le jour" (cf. Ps 138 [139],12) cette nuit mémorable, considérée à juste titre comme le "cœur" de l’année liturgique. Au cours de cette nuit, l’Église tout entière veille et revit en les méditant les étapes importantes de l’intervention salvifique de Dieu dans l’univers.

Nuit bienheureuse que ne saurait concurrencer la nuit de Noël (malgré sa popularité), car celle-ci n’est qu’en vue de celle-là : Christ est venu (à Noël) pour nous libérer (à Pâques). Sans cette nuit, toute la liturgie chrétienne flotte à la dérive : si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est creuse, il n’y a rien dedans (1 Co 15,14) ; mais si le Christ est ressuscité, nous ressuscitons tous avec lui (idem). "Une nuit de veille en l’honneur du Seigneur". La signification de cette Veillée pascale solennelle est double, comportant de riches symboles et une abondance extraordinaire de textes bibliques. D’une part, cette veillée est la mémoire priante des merveilles de Dieu par l’évocation de pages capitales des Saintes Écritures, depuis la création jusqu’à la promesse de la nouvelle Alliance, en passant par le sacrifice d’Isaac et la traversée de la Mer Rouge.

D’autre part, cette veillée exprime de manière suggestive l’attente confiante du plein accomplissement des anciennes promesses. La mémoire de l’action de Dieu culmine dans la résurrection du Christ et s’oriente vers l’événement eschatologique de la parousie. En cette nuit pascale, nous entrevoyons donc l’aube du jour qui n’a pas de fin, le jour du Christ ressuscité, qui inaugure la vie nouvelle, "un ciel nouveau et une terre nouvelle" (2 P 3,13 ; cf. Is 65,17 ; 66,22 ; Ap 21,1). L’office a une unité merveilleuse. Tout est Pâque, c’est-à-dire passage : l’assemblée passe de la place devant l’église à l’intérieur du sanctuaire ; les lectures méditent le passage du tohu-bohu à l’ordre créateur, de la mer Rouge à la Terre promise, du coeur de pierre au coeur de chair et, bien sûr, du Christ souffrant au Christ de gloire ; les catéchumènes "passent" les eaux du baptême , enfin nous-mêmes qui renouvelons notre profession de foi, nous voulons passer d’une vie résignée à une vie plus engagée. Le tout dans le passage de la tristesse à la joie pascale, du jeûne au repas eucharistique avec le Ressuscite.

Depuis les origines, la communauté chrétienne a placé la célébration du Baptême dans le cadre de la Veillée de Pâques. En cette nuit, ici aussi, trois catéchumènes (Noé, Léa et Clémentine), immergés avec Jésus dans sa mort, ressusciteront avec Lui à la vie immortelle. De cette façon, se renouvelle le prodige de la nouvelle et mystérieuse naissance spirituelle, réalisée par l’Esprit Saint, qui incorpore les nouveaux baptisés au peuple de l’Alliance nouvelle et définitive, scellée par la mort et la résurrection du Christ.

À chacun d’entre vous, chers Frères et Sœurs qui vous apprêtez à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne, j’adresse un salut affectueux. Je salue aussi vos proches, vos amis et toutes les personnes qui ont accompagné votre préparation. Par le baptême, vous deviendrez membres du Corps du Christ, participants à plein titre de son mystère de communion. Puisse votre vie demeurer constamment immergée dans ce mystère pascal, afin que vous soyez toujours d’authentiques témoins de l’amour de Dieu. Tous les baptisés, et non seulement vous, chers catéchumènes, sont appelés en cette nuit à faire dans la foi une profonde expérience de ce que nous venons d’entendre dans l’Epître : « Nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si... nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts » (Rm 6, 3-4).

Etre chrétien signifie participer personnellement à la mort et à la résurrection du Christ. Cette participation est réalisée de manière sacramentelle par le baptême, à partir duquel, comme sur un fondement solide, se construit l’existence chrétienne de chacun de nous. En union avec ceux qui seront baptisés dans quelques instants, dans le monde entier, nous sommes tous invités par la liturgie à renouveler les promesses de notre Baptême. Le Seigneur nous demande de lui exprimer à nouveau notre pleine docilité et de notre dévouement total au service de son Évangile.

Chers Frères et Sœurs !

Si parfois cette mission peut vous paraître bien difficile, rappelez-vous les paroles du Ressuscité : "Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde" (Mt 28,20). Assurés de sa présence, vous ne craindrez alors aucune difficulté et aucun obstacle. Sa Parole vous éclairera ; son Corps et son Sang seront nourriture et soutien sur votre route quotidienne vers l’éternité. Marie sera toujours à vos côtés, comme elle fut présente aux côtés des Apôtres effrayés et dispersés à l’heure de l’épreuve. Et, avec sa foi, elle vous indiquera, au-delà de la nuit du monde, l’aurore glorieuse de la résurrection. Amen.


Répondre à cet article

Documents joints à cet article :